< Retour aux articles <

Le refus du Linky est facile et sans risque dans 20 millions de logements en France !

avril 11, 2017 6:28

Aucune étude en géobiologie ne permet d’ignorer les effets du Linky.
Les communications par courants porteurs en ligne (CPL), soit les hyperfréquences, seront envoyées dans l’ensemble des câbles électriques de la maison, en général non blindés. Par conséquent des CEM seront émis  grâce à Linky  dans toute la maison. 

Cas 1 : le compteur est dans votre logement (ou dans votre jardin bien fermé).

En effet, si le compteur d’électricité est dans votre logement, c’est gagné : la Loi vous protège, rien ni personne ne peut vous obliger à laisser entrer les poseurs de Linky, y compris si vous êtes simplement locataire : même votre propriétaire ne peut vous y contraindre.

Idem si le compteur d’électricité est dans votre jardin, à condition qu’il ne soit pas accessible : si votre jardin est ouvert, ou si la clôture est aisément franchissable, ils ne se gêneront pas pour entrer, bien que ce soit totalement illégal (à vous ensuite de les attaquer en justice, or ils ont de puissants cabinets d’avocats capables de faire durer la procédure pendant plus de 10 ans !)

Restez fermes et ne vous laissez pas impressionner par les menaces des poseurs de Linky qui utilisent les pires méthodes : intimidations, menaces d’appeler la police, de couper l’électricité, de vous faire infliger des amendes, de faire payer la « relève à pied » : c’est du bluff, aucune mesure de rétorsion n’a été votée (de toute évidence de peur d’une révolte citoyenne).

Vous pouvez toutefois signifier votre refus par lettre recommandée à Enedis (cf lettre ou lettre ou lettre) mais il est inutile d’écrire à nouveau s’ils vous répondent (ils s’agira d’une lettre type pour vous « rassurer » par rapport aux risques, vous intimider par rapport à votre refus et prétendre que vous n’avez pas le droit de refuser : ne vous laissez pas intimider !)

Cas 2 : votre compteurs est accessible aux équipe d’Enedis

Par contre, si vos compteurs sont dans les parties communes d’un habitat collectif, ou s’ils sont directement accessibles depuis la rue, Enedis, GrDF et leurs sous-traitants tenteront de changer vos compteurs par surprise.

Les témoignages se multiplient : les installateurs n’hésitent pas à pénétrer dans les jardins (illégalement !) et à changer les compteurs pendant votre absence. Des personnes proposent de faire une signification par huissier pour faire cesser ces agissements. Attention, c’est payant.

Il existe d’autres façon de protéger son compteur : des gens garent une vieille voiture contre le compteur, ou une vieille charrette, ou mettent une palette de briques, etc (à condition bien sûr de ne pas gêner la circulation dans la rue), ou encore coffrent leur compteur ou le protègent par des barres en acier… Légitime défense face au totalitarisme d’Enedis !

Attention :

Même si vous réussissez à sauver vos bons vieux compteurs, il est probable que vous ayez à subir les compteurs installés chez vos voisins, que ces derniers soient favorables à ces engins ou qu’ils n’aient pas pu ou pas su s’opposer à leur installation.

La stratégie prioritaire est donc, avant de passer au refus individuel, de voir s’il n’est pas d’abord possible que votre commune s’oppose aux compteurs communicants. Contactez-vos élus pour les informer et leur demander quelles sont leurs intentions. Demandez-leur de vous aider à protéger votre santé et celle de vos proches. Rassurez-les, s’ils sont craintifs, avec ce rappel juridique.

Mobilisez vos voisins et contactez ensemble vos élus pour les amener à prendre position : même ceux qui sont favorables aux compteurs communicants vous écouteront de façon attentive… si vous êtes nombreux !!!!

La santé des enfants de la commune et la préservation des libertés publiques doivent passer avant toute autre considération. Indiquez à vos élus que des centaines de communes ont déjà pris position, diffusez leur les lettres aux habitants ou délibérations adoptées en leur demandant de les prendre en exemple (cf la délibération-type)…

 

Source : http://refus.linky.gazpar.free.fr/refus-individuels-ou-communes.htm

< Retour aux articles <